Promesses de rénovation? une vraie garantie d’immobilisme

Surfant sur une vague démagogique initiée par Michel FAYE complice en 1994 de l’élection de Pascal BUCHET, tous les candidats d’opposition vous proposent de rénover plutôt que de reconstruire…

Agitant les peurs habituelles du prétendu betonnage, ils vous promettent que s’ils venaient à être réélu ( car ils sont élus depuis 25 ans ne l’oublions pas!) ils ne casseraient rien et rénoveraient tout…

Cette promesse est au mieux une certitude d’immobilisme, au pire une garantie d’augmentation massive des impôts locaux.

Pourquoi?

Pour rénover, il faut de l’argent, beaucoup d’argent. Et c’est sur ce point que leurs promesses démagogiques se heurtent à la réalité municipale. Regardons au cas par cas :

  1. les immeubles sociaux: comment ces candidats vont-ils convaincre les grands bailleurs sociaux de rénover? Avec quels leviers de négociation? Juste leur bonne volonté et leur incantation? Tout le monde réalise facilement (et surtout les locataires des 43% de logements sociaux) que ce n’est aucunement la réalité. D’ailleurs si ces candidats ou leurs colistiers habitaient eux même dans ces logements ils le sauraient…

Et même si les bailleurs consentait à quelques réparations, ils le feraient en partie, sans que la globalité de la qualité des bâtiments, du désamiantage, de la performance énergétique globale, des structures ne puissent être profondément et durablement modifiés. Tout cela ne serait que bricolage à la marge et ces dépenses ne seraient que argent dilapidé sans augmentation du confort de nos concitoyens.

  1. les immeubles privés : comme le nom l’indique, à moins que ces candidats ne se proposent de racheter ou d’annexer tous les batiments prives de Fontenay aux Roses, les rénovations seront de la décision et de la charge des propriétaires, Donc rien qu’un candidat ne puisse promettre
  1. les bâtiments publics. La aussi, renover a un coût! Sans dégager des marges nouvelles, ou des économies nouvelles, impossible de rénover sans partenariat ou au moins mutualisation.

On le voit, aucun candidat ne peut aujourd’hui promettre de rénover sans reconstruire, car il n’a pas les leviers nécessaires pour tenir cette promesse.

Il n’y a qu’une seule manière de pouvoir envisager de rénover sans reconstruire c’est d’augmenter drastiquement les impôts.

Oui, ceux qui vous promettent la rénovation vous promettent d’augmenter les impôts…

Laurent VASTEL a choisi un autre modèle,

Des reconstructions raisonnées et partagées avec les habitants dans un large processus de concertation (Blagis, La Cavée),

Des constructions limitées au strict nombre imposé par la loi, en partenariat avec des bailleurs privés et sociaux, comme aux Sorrieres ou la vente d’une partie du terrain de Hauts de Seine Habitat, permet de signer un accord de rénovation massive des immeubles Eglantines Glycines, ainsi que la création de commerces nouveaux.

Des projets d’envergure comme à Scarron pour créer des logements d’artistes et redynamiser le quartier.

Ne nous y trompons pas! S’enchainer aux marronniers comme le firent M FAYE et P Buchet il y a 25 ans, ne correspond plus à notre réalité.

Avec Laurent VASTEL c’est l’engagement de dynamisme, de contrôle de la fiscalité et d’embellissement durable de Fontenay aux Roses et de la qualité de vie des Fontenaisiens

De plus, les bailleurs sociaux ne sont pas des organisations philantropiques, donc on peut imaginer que ce qu’elles donneront d’une main, elles le reprendront de l’autre.

 

Pierre Henri Constant

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s