L’opposition face à ses contradictions du passé.

Plus qu’un programme commun, les différents opposants locaux ne cessent de spéculer sur une association afin, pensent-ils, d’entrevoir une possibilité de victoire dans un second tour d’élections municipales. Mais ce qu’on nous propose, avec des protagonistes presque tous élus depuis plus de 25 ans, relève plus du mariage de la carpe et du lapin que d’une nouvelle dynamique.

Le fils prodigue : Gilles MERGY

Alors qu’il affirme avoir frappé à plus de 8000 portes durant la campagne, mettant en exergue sa « co-construction co-élaboration » d’un projet finalement bien creux, G MERGY se trouva bien dépourvu quand le résultat de la campagne dilettante de P BUCHET fut venu…

Alors qu’il pensait dépasser les 30% et même finir premier lors du 1er tour du scrutin, G MERGY ne fera finalement qu’à peine 4% de plus que le score EELV aux dernières européennes (19,5%). Cela démontre donc un faible poids local, avec moins de 400 voix d’avance sur P BUCHET, le père qu’il voulait tuer.

Son score décevant l’inscrit aujourd’hui comme le grand perdant de ce premier tour et le contraint à faire des concessions sans appel à son ancien maître, devant sans doute sacrifier une bonne partie de son équipe pour accueillir ses invités des listes Mme Bourdet-Faye et M. Buchet. On murmure que Messieurs Duval et Giraud ainsi sa numéro 2, Maître Poggi, suite à sa tonitruante tribune de début mars, pourraient faire les frais de l’union ; pas assez « compatibles ».

Le revenant : Pascal BUCHET

P BUCHET est le « perdant d’avance » qui a réussi l’exploit du 1er tour sans avoir fait campagne. Ancien maire condamné 3 fois pour harcèlement moral dans sa fonction de Maire, il a fait une campagne « terrasse de café », et se retrouve à quelques foulées juste derrière l’ancien vainqueur autoproclamé.

Son résultat obtenu, sans programme, montre le poids d’une étiquette « Parti Socialiste », qu’il n’a pas officiellement obtenue (aux dires de son ancien disciple), sans doute aidé par le soutien tardif et un peu gêné des communistes, et un charisme restant qui condamne d’avance G MERGY, si transparent à ses cotés lors des interventions en publics ou au Conseil Municipal.

Sur ce point, on peut raisonnablement se demander si les candidats communistes pourront rejoindre une liste comptant le couple FAYE, Mme POGGI, et un certain nombre de LREM dissidents. Accepteront-ils de suivre un tête-de-liste PRG, parti le plus à droite des partis de gauche ?

On retrouverait ainsi tous les anciens de l’équipe 1994-2014 qui s’étaient gentiment dispatchés sur les deux listes. Mmes KABANDA, SEGRE, ZINGER, DUPLAN (les 3 dernières adjointes de P BUCHET), MM DUCHEMIN et DEPOUX sur la liste BUCHET et Mmes LOURS-GATABIN, SOMMIER, MILLER, LE QUERRE et MM FREDOUILLE, CICERONE sur la liste MERGY. Dur de croire que G MERGY aurait un quelconque leadership sur les anciens fidèles de son maître en politique.

Les éternels opposants : M et Mme FAYE

Mme BOURDET (épouse FAYE) et M FAYE : 20 ans opposants à P BUCHET, et tout autant de changements de direction depuis 1994. Alliés de la droite et amis de la gauche, parfois sur la liste RPR, puis proches du MODEM, 4 ans dans l’équipe de Laurent VASTEL. Les girouettes de la politique locale sont à la tête d’une équipe restreinte à leur seul couple puisque 3 élus (Mme ALVARO et M. GASSELIN eux aussi en couple et Mme BORDENAVE) ont fait sécession et mené leur propre liste.

En fait on pourrait écrire des romans sur les zigzags municipaux des époux FAYE, et en particulier qu’on imagine mal, avec les différents qui les ont opposés pendant 20 ans aux EELV (particulièrement M FREDOUILLE), qu’ils puissent proposer à une potentielle liste d’union une valeur ajoutée autre que celle de leur propre électoralisme.

D’ailleurs M FAYE ne se prive pas de dire qu’il est très fâché contre G MERGY sur la proposition inacceptable que ce dernier lui aurait faite, semble-t-il après la 10ème place. Est-ce qu’en cas de défaite la position de M FAYE ne lui permettrait pas d’être élu ? Gageons que cela donnerait un nouveau visage aux séances de conseil qu’il perturbe inlassablement depuis 26 ans.

Il faudrait aussi que les écologistes, M FREDOUILLE en tête, acceptent que le PLU est le plus vert du département, puisque c’est ainsi que son créateur, MICHEL FAYE, l’a lui-même qualifié en conseil municipal…

Les époux FAYE devront pourtant faire amende honorable et profil bas s’ils veulent être élus car leur très faible score du premier tour ne leur permet pas de se maintenir au second tour.

En attendant, Laurent VASTEL s’occupe des Fontenaisiens, leur livre des masques, subventionne les commerçants, organise le retour à l’école, il continue à FAIRE, là où l’ancienne équipe BUCHET continue à ne rien faire comme elle l’a fait pendant 20 ans.

Car ne nous trompons pas, au second tour nous devrons choisir entre Pascal BUCHET (sans doute caché derrière un pantin de façade nommé Gilles MERGY) et Laurent VASTEL.

Le 28 juin semble se préciser, les masques (sans jeu de mots) devront tomber.

Est-ce qu’on voudra revenir 25 ans en arrière, ou est-ce qu’on voudra poursuivre l’action de celui qui en 6 ans a embelli, modernisé et dynamisé Fontenay aux roses ?

Rendez-vous fin juin.

Pierre Henri CONSTANT

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s