Hommage à Valéry Giscard d’Estaing

Valery Giscard d’Estaing est décédé le 2 décembre dernier, à l’âge de 94 ans, des suites du COVID.

Originaire du Puy de Dôme, et après des études brillantes, il s’engage en 1944, à 18 ans, dans l’armée du général De Lattre de Tassigny, et participera aux combats de la fin de la guerre. Il obtiendra la croix de guerre 1939-1945. Reprenant ses études il intégrera polytechnique, puis la toute nouvelle ENA dont il sortira à l’inspection des finances. Elu conseiller général du Puy de Dôme en 1958 (il le restera jusqu’en 1974), il est nommé secrétaire d’état à 32 ans, puis ministre des finances à 36 ans, et participera à la plupart des gouvernements jusqu’à son élection à la présidence de la république en 1974.

La création de la Fédération nationale des républicains indépendants, en 1966, marque le début de sa prise de distance avec le général De Gaulle, qui culminera en 1969 dans le fameux Oui, mais, lors du référendum voulu par le général sur la régionalisation et qui provoquera son retrait de la politique. Cette naissance donne corps dans le paysage politique Français à la mouvance de centre droit, fondée sur les valeurs de social libéralisme, sur une forte conviction Européenne, et la volonté d’une décentralisation du pouvoir. Valeurs qui structurent encore aujourd’hui notre famille politique.

Elu plus jeune président de la république Française en 1974, il bat à cette occasion l’héritier du Gaullisme, Jacques Chaban Delmas au premier tour, puis devance d’une courte tête François Mitterrand, qui lui succédera en 1981.

Les réformes de son septennat modifieront profondément, comme jamais sans doute sous la cinquième république, la société Française. Avancées majeures du droit des femmes, avec la légalisation de l’avortement, portée par Simone Veil et qui donnera lieu à des débats parlementaires qui restent gravés dans la mémoire de notre pays, mais aussi invention du divorce par consentement mutuel, création pour la première fois d’un ministère de la condition féminine chargé de faire progresser l’égalité homme-femme.L’institution d’un socle de droits fondamentaux pour les handicapés, qui forgeront la base du droit au travail de nos concitoyens porteurs de handicap et les premières mesures en rapport avec l’accessibilité. L’abaissement à dix-huit ans de l’âge de la majorité…

Valéry Giscard d’Estaing fut aussi le précurseur de la lutte pour l’environnement, en sept ans, pas moins de 12 lois majeures pour la protection de notre environnement seront prises : loi sur les économies d’énergie, loi sur les installations classées, sur la gestion des déchets, encadrement de la publicité et des enseignes, loi sur la protection du littoral et des montagnes, loi du 10 juillet 1976 sur la protection de la nature qui instituera les études d’impact des projets, le statut des réserves naturelles, ou l’interdiction de la construction d’autoroutes en ville, qui permettra la création de notre coulée verte après l’abandon du projet d’autoroute initial. Elles auront pour conséquence la création d’organismes qui sont aujourd’hui les piliers de la défense environnementale : Conservatoire du littoral, agence nationale pour la récupération et l’élimination des déchets, agence des espaces verts d’Ile de France, délégation aux énergies nouvelles, agence de la qualité de l’air, création d’un conseil d’architecture, d’urbanisme et d’environnement par département, création de la journée de l’arbre…

Sous sa présidence on voit naître le projet TGV, ou l’amplification de la production nucléaire d’électricité, qui encore aujourd’hui font partie de notre quotidien.

Valéry Giscard d’Estaing ne sera pas réélu en 1981. Le vote de lois que n’approuvaient pas majoritairement son camp politique (l’IVG pour l’électorat catholique en particulier), l’abaissement de l’âge du droit de vote, les deux chocs pétroliers de 73 et 79 qui entraîneront pour la première fois depuis la deuxième guerre mondiale un chômage de masse, des affaires non élucidées en fin de mandat (suicide ou assassinats de 3 ministres), entraineront sa défaite face à François Mitterrand.

Il n’assumera plus de responsabilités gouvernementales. Membre du conseil constitutionnel, il présidera le conseil régional d’Auvergne pendant 18 ans, et sera à plusieurs reprises parlementaire et député Européen, notamment à l’occasion de la présidence de Simone Veil au parlement Européen, puis sera élu à l’académie Française en 2004, date de sa retraite politique complète.

Nous lui rendrons hommage lors du prochain conseil municipal du 17 décembre prochain.

Laurent Vastel, adhérent de l’UDI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s