Opposition fontenaisienne : du vert bobo au rose bonbon

Après avoir cru vaincre sans combattre aux municipales parce qu’il s’était découvert écologiste sur le tard (et surtout après le score de EELV aux européennes de 2019); après avoir écarté P. Buchet auquel il doit tout mais qu’il pensait pouvoir rayer définitivement du paysage en faisant monter au front sa deuxième de liste Mme Poggi; après avoir refusé obstinément les soutiens associatifs (et leurs demandes de 2 places de maire adjoints à l’urbanisme et aux écoles) dont il aurait eu absolument besoin pour espérer gagner ; après avoir balayé d’un revers de manche dédaigneux les communistes de Fontenay qui au départ ne voulaient pas de lui ; bref après avoir perdu l’élection qu’il pensait sans doute imperdable, G. Mergy lâche la gauche écolo-caviar-bobo et effectue un virage à gauche toute… Pour vous dire, il ne porte même plus son inénarrable écharpe vert pâle…

Après s’être donné tant de mal à essayer de verdir son image à coup de com’, cet ancien apparatchik du PS, allié des communistes pendant 20 ans, utilisant les époux Faye pour contrer la droite locale, revient vers sa petite zone de confort,… toujours à l’ombre de P. Buchet ?

Et les combats démagos de la gauche d’antan reviennent au galop :

  • Attaque sur la supposée densification de Fontenay-aux-Roses alors que EELV est à l’origine des lois densificatrices, et alors que nous sommes la commune du 92 qui construisons le moins depuis 7 ans.
  • Attaque sur la Place de Gaulle alors qu’il a voté quelques semaines avant l’élection de 2014 la construction de 80 logements sociaux sur cette place (aujourd’hui arrêtée)
  • Attaque sur la prétendue minéralisation de la même place de Gaulle alors que pendant 20 ans il l’a laissée goudronnée et utilisée en parking,
  • Attaque sur l’école libre, alors qu’il était adjoint aux finances lors de toute la négociation avec St-Vincent-de-Paul et dont il fait porter le combat par une élue EELV, dont les positions sur l’école libre sont plus proches de celles des communistes que celles d’EELV qui sont mesurées et plutôt bienveillantes (à Paris vient d’ouvrir d’ailleurs une école privée écologiste)
  • Abandon des quartiers aux logements amiantés avec pour seul projet de les laisser en l’état et de se délabrer encore plus, alors que depuis 2010 toute l’équipe Buchet savait que tous les logements pré-1990 en sont gorgés
  • Attaque sur les transferts de compétence alors qu’il fut un fervent défenseur de Sud de Seine, notre ancienne intercommunalité politicienne endémiquement endettée…

Une confusion des genres schizophrène entre une gauche qui cherche à se verdir et des verts qui cherchent à se « populariser », leur programme étant éminemment élitiste… Et ces combats s’accompagnent de demandes qui sont teintés d’un goût d’amnésie :

  • Demande de droit de regard éditorial sur le journal communal alors que pendant 20 ans il a contribué à la gloire de l’ancien maire condamné et dont on dit que c’était l’occupation principale durant ses mandats (remarquez il ne faisait pas grand-chose d’autre) 
  • Demande de présidence de la commission municipales des finances alors qu’il en était lui-même président lorsqu’il était adjoint aux finances, et que par exemple le sujet du chèque du CEA a été traité dans une totale opacité pour les élus comme pour les Fontenaisiens
  • Demande de blocage des impôts alors que lui-même les a augmentés de plus de 15% en 6 ans…

G. Mergy a peut-être compris, mais un peu tard, qu’il ne gagnerait sans doute jamais seul. Alors il revient aux fondamentaux. L’union de la Gauche, si chère aux dinosaures du parti Socialiste. La gauche, voire même extrême gauche, quitte à ratisser large autant voir si Mesdames Alvaro et Schaeffer seraient prêtes à lui pardonner.

Bien sûr avec lui plus de logements privés, que du social, plus de voitures à Fontenay, que des vélos, et toutes les rues piétonnes en centre-ville, si vous avez du mal à marcher tant pis pour vous, et que des superbes commerces à prix bloqués (on est Mitterrandiste jusqu’au bout tant qu’à faire !) qui auront comme clients ceux qui ont la chance de pouvoir s’offrir un vélo électrique à 3500€ qu’ils gareront sur les places de parkings supprimés aux automobilistes, puisqu’il n’y en aura plus, de voitures…

Voilà en quelques lignes le programme que G. Mergy va sans doute dérouler pour les élections départementales et régionales puisqu’il ne fait aucun doute qu’il sera candidat à l’une ou l’autre. Après nous avoir fait croire que seule la fonction de maire l’intéresse (pour pas faire trop opportuniste sans doute), ça laisse rêveur…

Un dernier clin d’œil clientéliste, il en est même réduit à reprendre les expressions inventées par les époux Faye, Fontenay-sous-Clamart pour justifier l’inaction qu’il prône pour notre ville.

G. Mergy est sans doute « le meilleur d’entre nous » (référence aux slogans de sa campagne copiés sur ceux d’Alain Juppé) mais il ne sait pas grand-chose de la politique locale, parce que pendant 20 ans c’est son maître Buchet qui décidait et dirigeait tout, mais il sait une chose, c’est que P. Buchet, pendant 20 ans, avait une stratégie gagnante : celle de ne rien faire. Alors pourquoi changer et tenter autre chose ? 

Avec G. Mergy ce ne serait pas Fontenay sous Clamart, mais bel et bien FONTENAY-sous-CLOCHE.

Alors comme à Marseille où les écologistes se sont fait manger par les socialistes, à Fontenay en 2021 c’est barre à gauche toute, l’écologie ça ne sert qu’à tenter d’être élu… 

Pierre-Henri Constant

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s