Déployer l’usage du vélo à Fontenay-aux-Roses

Déployer l’usage du vélo a Fontenay : oui en partageant l’espace intelligemment.

Soyons clairs :

  1. Nous sommes totalement impliqués dans le déploiement de toutes les mobilités à Fontenay-aux-Roses, au rang desquels le vélo trouvera bien évidemment sa place. Nous faisons partie des réunions régionales du schéma directeur cyclable et sommes présents dans toutes les instances qui réfléchissent à l’intégration concertée des modes de déplacements entre eux.
  2. Nous n’allons pas créer des pistes cyclables dans toutes les rues que nous allons refaire parce que nous voulons partager l’espace et que nous nous sommes engagés dans notre programme à conserver au maximum les places de stationnement que nous jugeons impératives.
  3. Un cycliste peut aussi être automobiliste et vice versa.

Je pense que le point est suffisamment clair pour qu’on puisse à partir de là, débattre sans querelle lobbyiste ou affrontement politique. Alors essayons…

Avec Mohamed Houcini, conseiller délégué aux mobilités, nous avançons sur les sujets en parallèle. En effet, voirie et mobilités vont ensemble, et parce que nous considérons que partager c’est d’abord et avant tout être intelligent, nous nous appliquons à le faire à chaque nouvelle étude de rue avec les services de la ville et du territoire, les associations, les riverains, les commerçants, les artisans, bref, tous les fontenaisiens. Avec les 13 Millions d’Euros que nous allons investir dans la voirie d’ici 2023, les chantiers ne manquent pas.

Nous sommes la 1ere « Ville 30 » de France ce qui signifie que toutes nos rues sont déjà cyclables selon le code de la route : nous ne construirons pas des pistes cyclables juste pour flatter une partie de l’opinion publique, mais lorsque nous en construirons ce sera pour une utilisation réelle de praticité pour tous, car nos investissements sont toujours guidés pour le bien de toutes personnes (valide ou handicapée) habitant ou traversant Fontenay-aux-Roses. Le résultat escompté est celui de garantir la sécurité de tous, dans une globalité et sur tous modes de déplacements, qu’ils soient doux, thermiques ou électriques (hydrogène, gaz). 

Je voudrais en particulier illustrer ce processus que nous nous appliquons en répondant à une question posée par le président de l’association FARaVELO sur la Rue des Roses où justement, je pense que son logiciel de pensée trop centré sur le vélo, l’amène à manquer de cette intelligence que nous tentons de mettre en œuvre collectivement. Nota, il préconise la suppression de tout le stationnement au profit d’une piste cyclable.

La rue des Roses est une rue en sens unique, quasi totalement en descente, très pentue sur sa partie basse et dont le design de stationnement totalement obsolète est hérité du passé.

Sans entrer dans les détails techniques, nous voulons

  1. repenser les trottoirs, sans purger la rue de la moitié de son stationnement : ca c’est pour les piétons et les riverains possédant une voiture et ils sont nombreux.
  2. Pour les vélos, nous voulons réduire le risque accidentogène au croisement avec la rue Marchand, parce que les voitures prennent de la vitesse et la visibilité se réduit en raison du tournant.

Cette rue est donc typiquement une rue où une piste cyclable (quelque soit son sens d’ailleurs) serait une situation perdant-perdant pour tous. Nous avons donc posé le diagnostic que son réaménagement ne devait pas faire l’objet de la création d’une piste cyclable. Nous l’assumons totalement pour le bien être de tous les fontenaisiens et dans le respect de nos engagements envers les électeurs qui nous ont élus en 2020.

Il est impératif que nous prenions conscience que les 250 hectares de notre commune ne sont pas extensibles et que chacun doit y trouver sa place. C’est l’action que Mr Houcini et moi-même menons au quotidien avec les professionnels de la voirie et des mobilités qui sont nombreux à nous épauler dans notre action municipale.

Pierre-Henri Constant, Maire adjoint Voirie et Mohamed Houcini Conseiller délégué aux Mobilités.

2 réflexions sur “Déployer l’usage du vélo à Fontenay-aux-Roses

  1. Bonjour,
    je vous remercie de ces informations. Afin de ne pas rentrer dans un débats qui n’a pas lieu d’être ici, cela fait maintenant 5 années que je suis dans la ville, automobilite occasionnel et cycliste au quotidien. J’ai bien compris que la ville était une ville à 30 et donc toutes les rues sont cyclables. Cependant la signalisation (panneaux) est très souvent absente et il n’est pas rare de se retrouver à remonter une rue en sens unique avec une voiture en face qui ne ralentie pas, voire même claxone. Quid aussi des rues trop étroites pour un double sens cyclable. Il serait intéressant et sécurisant pour tout le monde qu’un affichage plus clair soit réalisé afin que les voitures soient conscientes qu’un cycliste peut arriver en sens opposé. Il n’est pas évident pour les cyclistes de trouver leur place sur une voirie soit disant partagée et seul un affichage clair peut donner la légitimité et mettre en place la notion de partage de l’espace publique. Il en est de même si certaines rues en sens unique ne sont pas à double sens cycliste, il faut le signaler aux cyclistes. Une absence d’affichage et de positionnement clair ne fait qu’entretenir la rivalité entre les deux moyens de mobilité qui devraient cohabiter sereinnement dans une ville soit disant à 30.
    Un autre point important, les trotoirs ne peuvent être cyclables pour des parents qui accompagnent leur enfants de 4-5-6-7 ans qui eux peuvent être sur le trotoir. Il n’est clairement pas raisonnable de penser que des parents vont rouler sur la route en encadrant des enfants de 4-5 ans qui peuvent faire des écarts… à moins de se mettre au milieu de la route… Dans une telle situation comment rejoindre la coulée verte en vélo depuis le centre ville sans risquer d’avoir un enfant seul sur le trotoir ou un enfant au milieu de voitures peu conciliantes?
    Je pense que la voix forte qui remonte des cyclistes vient de la situation de départ (le tout voiture) qui nécessite des changements majeurs (surtout dans les comportements) et qui sont difficiles à obtenir sans monter le ton et se battre.
    Essayons d’avoir un dialogue constructif et de régler en premier lieu la légétimité de chacun sur nos routes, ce qui n’implique pas forcément des investissements énormes dans un premier temps…
    Le tout ou rien n’est jamais la solution et le mix des mobilités est l’avenir…
    Bonne soirée et avançons sur ce sujet…

    J'aime

    1. Bonjour,
      Sur le fond de votre article je suis bien d’accord, mais vous oubliez de dire que la majorité des cyclistes pour ne pas dire la totalité ne respectent pas le code de la route, on grille les feux, les stops, on se faufile entre les voitures, etc,.
      Peut être qu’il aurait fallu dans votre article sensibiliser les cyclistes sur ce fait qu’ il n’y a pas de respect sans être sois même respectueux des règles de conduites.
      Cordialement à vous

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s